Nouvelles à lire en ligne

« Mistral et Cappuccino » (2020) publiée dans Femme Actuelle Jeux

— Et le cappuccino habituel pour Claire ! lance le serveur d’un ton enjoué. 

Plongée dans ses pensées, Claire sursaute au claquement sec de la tasse en porcelaine sur la table.

— Merci Enzo.

Il s’éloigne et Claire rajuste sur son nez les lunettes de soleil que la chaleur a fait glisser. Elle porte la tasse à ses lèvres et respire l’odeur du café qui vient se mélanger un court instant à celle de la pinède. Elle voudrait profiter de cet instant, de la terrasse en bord de mer, du chant des cigales et de la caresse du soleil sur ses épaules nues. C’est son jour off, le mardi. Sa pause. Le mardi, elle n’est plus standardiste à l’Hôtel des Cigales, mais une simple cliente du bar de l’hôtel. Même si les employés connaissent son prénom et si elle n’a pas besoin de commander pour qu’Enzo lui apporte son traditionnel cappuccino. Personne ne le sait, mais …LIRE LA SUITE 

« Question de timing » (2016) publiée sur ELLE.fr 

Elle se marie dans une semaine, la culpabilité la ralentit. Chaque pas est une petite trahison. Elle écoute le crissement des cigales dans les buissons et du sable sous ses sandales. Elle a mis la même robe corail que la dernière fois qu’elle l’a vu, huit ans plus tôt. Ils ne savaient même pas alors qu’il existait une couleur nommée « corail ». Avant, elle avait eu quelques griffures au cœur, de celles qui s’effacent en moins d’une saison. Mais lui, son cœur, il l’avait fait éclater en millions de petits débris, comme un ballon à l’hélium trop gonflé. Il l’avait consumé jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un tas de cendres à disperser aux quatre vents. Et c’est pour ça qu’elle est venue. Malgré la culpabilité qu’elle traîne comme une valise à roulettes enlisée dans le sable, malgré la robe blanche qui attend dans sa housse le chœur des cloches et l’approbation du maire. Parce qu’on n’a… LIRE LA SUITE SUR ELLE.FR 

« Jour de grève » (2018 publiée sur ELLE.fr 

L’organisation bien huilée de la Gare Montparnasse est perturbée. La grève, comme un début de printemps, amène d’imprévisibles giboulées de gens sous la verrière ensoleillée. Mistinguett plisse les yeux et de petites rides se forment autour de son regard bleu-gris. Elle observe une jeune femme qui avance, un gobelet en carton à la main sur lequel “Julie” est écrit au feutre.
Est-ce seulement son vrai nom ? Il semble à Mistinguett que si elle avait eu un prénom aussi commun et les moyens de se payer un Starbucks, elle s’inventerait un pseudonyme, voire carrément une nouvelle vie, à chaque fois qu’elle s’achèterait un café.
Mistinguett aime l’originalité de son propre surnom. Il lui va comme un gant. Un gant usé par les années à force d’avoir été porté. Elle se l’est d’ailleurs si bien approprié que certains jours comme aujourd’hui, se souvenir de son prénom d’origine lui semble tout bonnement impossible.
— Pourquoi tu rigoles toute seule ?
La vieille femme sursaute et… LIRE LA SUITE SUR ELLE.FR 

« Coupe-Brushing » (2017) publiée dans Femme actuelle

J’arrive devant le supermarché à l’ouverture. La climatisation, contraste brutal avec la chaleur déjà étouffante de ce début de matinée, me prend à la gorge. Au hasard des rayons, je dépose d’une main hésitante dans mon panier un mascara, un autobronzant-remodelant et une mousse dépilatoire. Tout en prétendant m’intéresser aux pansements, j’étudie avec perplexité la large sélection de préservatifs. Lesquels choisir ? Les orgasmiques ? Ça fait trop experte. Les fraise-vanille ? Trop amatrice de glaces. Les XXL ? Plus optimiste que je ne le suis… Prudemment, je saisis une boîte de « classiques » et la dépose près de la crème dépilatoire.

Je m’apprête à payer quand le titre du quotidien local, fièrement posé sur un présentoir, me pétrifie…. LIRE LA SUITE SUR LE SITE DE FEMME ACTUELLE